Dehors
de Yann Moix

 

De l'esprit [de] la loi:
quel rapport?

 

Une analyse
en trois parties et un commentaire. Cliquer le lien ci-dessus pour accéder aux sujets.

Africa Diaspora, premier tabloïd mensuel international d'informations économiques, culturelles et sociales panafricaines, est publié en France. C'est le premier journal "appartenant" à ses abonnés.

Pour régler les
pré-abonnements, 

cliquer ici.

Africa Diaspora appartient à ses lecteurs, pour en savoir plus,

cliquer ici.

CONTACTS

 

     - - - - - 

Africa Diaspora
SARL - Fondée le
14 janvier 2000. Immatriculée ous le n°R.C.S. Paris
B 428 893 523. Capital social : 15.000€.
Siège social à
Paris (en cours
de transfert).

     - - - - - 

Adresser toute correspondance à la Rédaction

     - - - - - 

Africa Diaspora
1, rue de la Papeterie

39200
Saint-Claude

France

    - - - - - 

Tél. / Fax :

+33 (0)9 54 34 21 65

    - - - - - 

E-mail: contact@africa-diaspora.com

    - - - - - 

Lettres ouvertes au sommet de l'Etat

Voici bientôt 77 ans que professionnels
et militants se lamentent de l'inefficace abrogation du diplôme d'herboriste par le Régime de Vichy.

 

Changer cette loi, c'est coller à l'aspiration des 20 millions de Français qui recourent aux plantes médicinales pour leur bien-être.

 

Aller en bas de page pour télécharcher la lettre ouverte respective pour chaque responsable polititique concerné.

Il y a dans l'histoire de toutes les nations, des moments qui créent l'occasion de marquer l'Histoire. La France peut renouer avec son histoire plusieurs fois millénaires en arrêtant la guerre contre les plantes médicinales.

C'est le sens de nos lettres ouvertes aux
Chefs de l'Etat, du gouvernement et au Parlement

 

 

Dans ce domaine tendance de l'art de vivre, 20 millions
de Français recourent aux plantes médicinales pour leur bien-être. Or, au regard de la loi, ces concitoyens sont considérés presque de la même manière que les clients des prostitué(e)s puisque le métier d'herboriste, même quand il est exercé par des pharmaciens diplômés, est prohibé depuis 1941 par le Régime de Vichy.

 

C'est pour cette raison que je fais diffuser la pétition sur la plateforme Change.org pour vous inviter à soutenir la pétition par votre signature. Le logo de signature de la pétition est placée en bas de page

 

Créer un diplôme d'herboriste et réglementer la filière de l'herboristerie m'a paru la démarche la plus logique pour répondre aux choix des professionnels qui souhaitent se consacréer à l'herboristerie, mais aussi à de millions de citoyens qui recourent à la santé par les plantes et ceux qui en font leur métier qui est en relation relation avec les compétences scientifiques et les connaissances médicale qu'ils ont de la plante médicinale.

 

C'est pourquoi, le 23 décembre 2017, en tant que simple citoyen, j'interpellais le Président de la République, le premier Ministre et les Présidents des deux chambres du Parlement, par un courrier dûment reçu à l'Elysée, à Matignon, au Sénat et à l'Assemblée Nationale.

 

Les textes de mon courrier sont à la disposition des média et des citoyens qui, par leurs signatures, vont éveiller la réponse des autorités

Pour accéder au texte du courrier
adressé au président de la République,
cliquer ici.

Pour accéder au texte du courrier
adressé au Premier ministre,
cliquer ici.

Pour accéder au texte du courrier
adresser au Président du Sénat,
cliquer ici.

Pour accéder au texte du courrier
adressé au président de l'Assemblée Nationale,
cliquer ici.

J'invite les amis qui le souhaitent, et surtout tous les citoyens, à aider à faire remonter l'appel en signant la pétition, en la partageant et la parrainant autant de fois qu'ils le peuvent. C'est le pays tout entier qui y gagnera. Merci d'avance.

...Le sujet précédent                   |                 Le sujet suivant...

Date de publication : samedi 23 décembre 2017

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Comité de réflexion Africa Diaspora & Africa Diaspora. Tous droits réservés. Extraits autorisés SOUS RESERVE EXPRESSE de citer la source. Adresser toute question à : contact@africa-diaspora.com