Macron, Gilets jaunes, SDF.

 

... La deuxième grave erreur du président de la République.

 

Cliquer les liens ci-dessus pour accéder au sujet.

Africa Diaspora, premier tabloïd mensuel international d'informations économiques, culturelles et sociales panafricaines, est publié en France. C'est le premier journal "appartenant" à ses abonnés.

Pour régler les
pré-abonnements, 

cliquer ici.

Africa Diaspora appartient à ses lecteurs, pour en savoir plus,

cliquer ici.

CONTACTS

 

     - - - - - 

Africa Diaspora
SARL - Fondée le
14 janvier 2000. Immatriculée ous le n°R.C.S. Paris
B 428 893 523. Capital social : 15.000€.
Siège social à
Paris (en cours
de transfert).

     - - - - - 

Adresser toute correspondance à la Rédaction

     - - - - - 

Africa Diaspora
1, rue de la Papeterie

39200
Saint-Claude

France

    - - - - - 

Tél. / Fax :

+33 (0)9 54 34 21 65

    - - - - - 

E-mail: contact@africa-diaspora.com

    - - - - - 

Santé

L'Obligation vaccinale et l'adjuvant aluminique. Une députée LREM rassure.  Le Figaro cautionne.

Des professeurs de médecine contestent.

Notre point de vue

Couverture de l'édition inaugurale d'Africa Diaspora. Nous y avons publié une pleine page consacrée à un vaccin antipaludique alors en cours d'élaboration et dont on n'a aujourd'hui plus de nouvelles. D'autres chercheurs ont pris la relève.

Des comparaisons peu crédibles 

Cette longue légende pour un certain nombre de choses simples. D'abod, Africa Diaspora n'est pas contre la vaccination, mais dire cela ne suffit pas. Ensuite, Africa Diaspora informe sur la vaccination et cela n'est pas limitatif. Nous faisons aussi de l'information médicale. Nous avions publié une cartographie mondiale des maladie infectueuses. Nous la ressortirons. Aussi, nous sommes nous-mêmes vaccinés et pouvons dire sans crainte d'erreur que tous les Africains nés après 1945 et qui ont eu une scolarité en Afrique ont été vaccinés, TOUS ou presque. Enfin, c'est le plus important, un gouvernement démocratique doit éviter de mentir à la population. Cela se sait et ce n'est jamais bon pour la crédibilité. 

 

Nous avons, lors de son passage sur BFMTV la télévision d'information continue française le 23 janvier 2018, écouté la ministre des Solidarités et de la Santé s'exprimer sur l'entrée en vigueur de la loi portant Obligation vaccinale. Les comparaisons avancées par Madame la ministre, à propos des étendues vaccinales française et suédoise viennent mal à propos.

 

Ce n'est pas en Suède que se sont produits les scandales du H1N1. Ce n'est pas en Suède que s'est produit le scandale du Médiator. Si les Français sont méfiants, ce n'est certainement pas à cause de méchants propagandistes qui leur auraient mis on ne sait quoi dans la tête.

 

Il s'agirait d'une méfiance, si méfiance il y a, qui reposerait sans doute sur une raison. Pour la dissiper, ce n'est pas une loi qu'il faut, mais une explication nationale.

 

Enfin, le tir a bien été rectifié entre les premières et la dernière version du texte de la loi. Sauf que, à présent, la pression est mise sur les enfants et les professionnels de santé. Nous devons prendre la mesure de telles dérives. 

 

Contrainte ou volontaire, ameli.fr est dans la danse 

La Sécurité sociale a mis en ligne des pages d'information le 5 janvier 2018.

 

A propos de l'Obligation vaccinale, on y lit une phrase étrange.

 

C'est un paragraphe à phrase unique. Cliquer la phrase pour accéder à la page.

Plus de 70 % des enfants sont déjà vaccinés contre ces 11 maladies.

 

Si l'on comprend bien cette affirmation, cela voudrait dire qu'au 5 janvier 2018, alors que la loi est entrée en vigueur depuis seulement 4 jours, 70% des nourrissons français étaient déjà vaccinés contre les 11 maladies dont les vaccins viennent d'être rendus obligatoires. Si les propos de la ministre sont bien compris, cela voudrait dire que, alors que 70% des nourrissons français étaient déjà  vaccinés des 11 vaccins en question, on fait une loi pour exclure les enfants non vaccinés et pour faire peser une sanction pénale sur les professionnels de santé. Et si ces derniers avaient une raison de ne pas vacciner?

 

D'où la question, les 70% de nourrissons déjà vaccinés le furent-ils  avec ou sans l'information des parents, avec ou sans leur accord? Ce paragraphe à phrase unique, publié de cette manière sur le site ameli.fr, est de nature à porter à confusion

 

Une confusion de registres argumentaires?

La comparaison des arguments des deux parties, ceux qui sont vraiment contre la vaccinations (ce n'est pas le cas des professeurs mentionné ici) et de ceux qui pour sans réserve, nulle besoin d'insister, on en sort avec un doute renforcé.

 

LQuand Le Figaro affirme que l'aluminium est utilisé dans le monde entier sans qu'aucune instance n'ait levé d'objection, le lecteur est obligé de croire d'il n'a pas de moyen de vérifier.

 

Quand les deux professeurs disent que nous devrions avoir du recul avant d'injecter 11 vaccins contenant des adjuvants aluminiques à des nourrissons de moins de deux ans dont le système immunitaire est encore en cours de formation au vu de l'effet possible ou probable de l'aluminium sur le cerveau et le système immunitaire, que font-ils?.

 

Eh bien, ils nous rappellent à cette idée géniale, particulière à la France, qui est celle du principe de précaution. C'est cette précaution que la loi écarte. Or, la loi s'impose aux tribunaux.

 

Le gouvernement et le Parlement peuvent encore entendre la voix de la raison

 

Ce sont deux professeurs de médecine qui le souhaitent.

 

Selon Luc Montagnier et Henri Joyeux, "La nouvelle loi qui impose 11 vaccinations aux enfants est une grave erreur de santé publique. Elle a été amplement évoquée par la presse".

"Nous, professionnels de Santé, prescripteurs et/ou vaccinateurs sommes engagés par la loi sur une voie qui pourrait se retourner contre certains de nos propres patients, contre notre profession, et contre nous-mêmes.
Vous allez comprendre pourquoi. Cet Appel souligne des éléments importants sur le sujet. Lisez-le attentivement avant d’accepter de le signer."


"Nous ne sommes pas contre les vaccins : nous sommes opposés aux vaccinations systématiques et trop nombreuses avant l’âge de 2 ans".

Cliquer le lien pour lire leur appel.

...Le sujet précédent                   |                 Le sujet suivant...

Date de publication : mercredi 24 janvier 2018 18:30 - dernière mise à jour : 19:45

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Comité de réflexion Africa Diaspora & Africa Diaspora. Tous droits réservés. Extraits autorisés SOUS RESERVE EXPRESSE de citer la source. Adresser toute question à : contact@africa-diaspora.com